La géothermie est l’exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol. L’utilisation des ressources géothermales se décompose en deux grandes familles : la production d’électricité et la production de chaleur. En fonction de la ressource, de la technique utilisée et des besoins, les applications sont multiples. Le critère qui sert de guide pour bien cerner la filière est la température. Ainsi, la géothermie est qualifiée de « haute énergie » (plus de 150°C), « moyenne énergie » (90 à 150°C), « basse énergie » (30 à 90°C) et « très basse énergie » (moins de 30°C).

La géothermie est-elle bien une énergie renouvelable ?

La géothermie est, à l’échelle du globe, la plus grande ressource énergétique. En plus du flux de chaleur permanent qui remonte à travers l’écorce terrestre, les circulations d’eaux souterraines amènent, de manière continue, de la chaleur vers la surface. La gestion durable d’un réservoir géothermique, permet une exploitation continue de la centrale pendant de très nombreuses années (30 à 60 ans). La chaleur de la terre est illimitée à l’échelle humaine et disponible pour les générations futures.La géothermie est donc par essence une énergie renouvelable.

Quels sont les principaux avantages de la géothermie d’un point de vue environnemental ?

L’impact carbone d’une unité géothermique est nul. Aucune combustion ni émission de gaz (CO2, NOx) ne provient des installations géothermiques en phase d’exploitation. L’énergie extraite ne nécessite pas de transport pour être mise à disposition. Que cela soit l’électricité, ou la vapeur, elle est directement reliée aux utilisateurs. Elle ne génèrre donc aucune émission de gaz à effet de serre.
Dans une installation géothermique, aucune substance dangereuse n’est transportée ou stockée en surface. Dans le cas d’eau géothermale microradioactive (à l’état naturel), les mesures de sécurité en vigueur pour la protection du personnel sont évidemment mises en place. Si lors d’opérations de maintenance, des dépôts très faiblements radioactifs devaient être évacués, la gestion en serait confiée à l’ANDRA (Agence Nationale des Déchets Radioactifs) comme c’est le cas actuellement sur l’ouvrage de Soultz-sous-Forêt.
Une fois les forages terminés, les surfaces de terrain occupées par les installations géothermiques restent modestes en comparaison des autres types d’énergie. La taille des équipements de surface est très réduite (semblable à un petit hangar agricole). Enfin, l’énergie géothermique est disponible quasiment la totalité de l’année, ce qui en fait l’énergie renouvelable la plus disponible.

La maison doit disposer d’un jardin pour installer les capteurs de chaleur

La géothermie nécessite de disposer d’un jardin, même petit, et d’un accès facile à celui-ci.

  • Le captage horizontal est la solution adéquate si vous possédez un terrain peu pentu mais pas encore de maison. Comme il faut disposer d’une surface importante pour enterrer les capteurs (la surface de captage prend au moins 1,5 fois la surface de la maison à chauffer), vous pourrez réaliser les travaux sans encombre si votre maison n’est pas encore construite.
  • Le captage vertical (au sol ou sur nappe phréatique) vous correspondra mieux si vous possédez déjà une maison et un petit jardin. Ce dernier devra juste être facilement accessible pour pouvoir installer la foreuse nécessaire à l’installation des sondes de captage. Celles-ci descendent plus en profondeur mais nécessitent beaucoup moins de surface au sol.

(Pour les maisons ne disposant pas de la surface de jardin suffisante, on peut également envisager une Pompe à chaleur Air-Eau)

Votre plomberie d’Annonay vous propose un devis précis pour votre futur projet d’installation géothermique. Contactez-nous