Le gouvernement français favorise les travaux d’économies d’énergie et de rénovation thermique. L’une des mesures phares est le dispositif Coup de pouce Chauffage. Vient ensuite le crédit d’impôt transition énergétique et les aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). Toutes ces subventions sont cumulables entre elles. Nous allons expliquer le principe de chacune.

La prime « Coup de pouce chauffage »

Ce dispositif a été renforcé en 2019. Il a donné naissance à la prime à la conversion. Cette subvention « coup de pouce chauffage » est très intéressante financièrement parlant. Son montant varie en fonction de vos ressources. Si vos revenus sont modestes, vous percevez les sommes les plus élevées.

Elle est éligible uniquement dans le cas d’un remplacement de chaudière gaz, fioul ou charbon (autre qu’à condensation). L’installation d’équipements de chauffage très performants sont privilégiés. Ceux qui utilisent des énergies renouvelables le sont aussi. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). Il faut demander la prime avant d’effectuer le début du chantier. Pour cela, vous devrez vous munir du devis et vérifier l’éligibilité du matériel choisi.

L’aide vous sera remise sous forme de chèque ou d’avantages divers. Elle est octroyée par les vendeurs de carburants, d’électricité, etc. Ceux-ci soutiennent les travaux d’amélioration du logement. Cela évite à ces fournisseurs d’énergie de payer de grosses amendes.

Pour le remplacement d’une chaudière au fioul par une pompe à chaleur vous percevrez, au minimum, 3 400 ou 5 400 € d’aide selon vos ressources. Les modèles hybrides avec production d’eau chaude sont également avantagés. Pour la pose d’une chaudière gaz THPE, la prime sera de 600 à 1 400€.

Dans tous les cas, les travaux d’économies d’énergie doivent apporter un gain notable.

Le crédit d’impôt transition énergétique pour un changement de système de chauffage

Vous pouvez également percevoir le crédit d’impôt pour la transition énergétique. En 2020 son montant est fixé en fonction de vos revenus et du type d’appareil installé. Vous pouvez être propriétaire pour en bénéficier. Le logement doit cependant être votre résidence principale. Les travaux d’économie d’énergie doivent apporter un gain significatif. Un changement de chaudière au fioul vers un autre système est donc directement concerné.

Les équipements subventionnables dépendent de vos ressources. La pompe à chaleur air-eau ou eau-eau est éligible. La PAC hybride avec production d’eau chaude l’est aussi. De même pour l’installation d’un système solaire combiné.

Pour les ménages aux revenus modestes, vous pouvez bénéficier de la prime renov’.

La prime renov’ : une aide versée par l’Agence Nationale de l’Habitat ANAH

La prime rénov est réservée aux propriétaires modestes et son montant varie selon l’appareil installé et les revenus du foyer. Pour en bénéficier, les ouvrages doivent concerner votre résidence principale.

Les appareils éligibles sont les suivants :

– la pompe à chaleur air-eau
– la chaudière gaz à condensation THPE
– la chaudière et le poêle à granulés
– le chauffe-eau thermodynamique et solaire

Cette subvention est versée juste après le chantier. Ainsi, il n’y a pas d’avance de frais à prévoir. La réalisation d’un bouquet de travaux d’amélioration thermique est également possible. Dans ce cas, un autre dispositif de l’Anah intervient (l’aide ANAH Sérénité).

Comme pour la prime coup de pouce, une condition essentielle est requise. Celle-ci est aussi demandée pour le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Les prestations doivent être effectuées par un professionnel RGE. En effet, le label « reconnu garant de l’environnement » est un critère fondamental d’éligibilité.